PASSAGE EN LORRAINE

Publié le par laurent ravagni

 

Surprise, déjà en Europe?
Voyage en bateau oblige.

Après une fin de parcours africain qui nous permis de découvrir le Malawi, la Zambie, la Namibie et l'Afrique du Sud sans encombre et dont nous vous laisserons les albums photos afin de les visiter, nous avons séjourné quelques temps à Cape Town à la recherche d'un embarquement pour le camion et la famille vers Dakar ou un autre port ouest-africain. Pas évident! Même si le pays africaaner ressemble à l'Europe, nous sommes encore ici bel et bien en Afrique, et les numéros de téléphone érronés, les fausses adresses ne sont pas exceptionnels. Nous avons fini par trouver la société Safmarine qui pouvait enfin nous donner un tarif pour notre véhicule un peu hors-norme: tout ce qui ne rentre pas dans un container n'a pas intéressé la dizaine de transitaires ou compagnies maritimes que nous avons contacté.
Premier tarif vers Dakar un peu cher, mais encore abordable et avion direct pour nous, un début de solution apparaît enfin. Il est en effet impossible maintenant de faire accepter un embarquement pour des passagers sur un cargo sur ces lignes là, apparemment pour des soucis de sécurité.
Lors de notre rendez-vous avec le spécialiste logistic de chez Safmarine, nous nous sommes rendu compte que le voyage pour le bateau passait par Algéciras avant de repartir pour le Sénégal. Un arrêt dans ce port diviserait par 2 le coût du voyage, et diminuerait de 15 jours le temps de celui-ci. Le prix des billets d'avion étant également de moitié, la décision fut prise à grands regrets de zapper le passage en Afrique de l'Ouest. Le temps commence a être compté par rapport à la date de brevet que Maïté doit passer à Agadir en juin, pour peu qu'il y ait un retard quelconque du bateau, cela risque d'être trop juste.
Tout étant près pour le camion, il nous reste 15 jours pour repartir vers la pointe sud de l'Afrique, le cap Agulhas. ( petite remarque: qui n'est pas le cap de Bonne Espérance)
Précaution nécessaire: nous devons avoir un certificat de bonne santé pour Djune, nous reviendrons donc un peu à l'avance à Cape Town, d'autant plus que plusieurs jours fériés vont couper la semaine à venir. De nouveau, un parcours du combattant nous attend. Qui peut faire ce papier? Le véto local ne sait pas ce qu'il faut faire! Après renseignements pris chez le fournisseur de cage, nécessaire à l'embarquement dans l'avion, c'est lui qui doit l'établir, sur un formulaire spécial et celui-ci devra être signé par le vétérinaire d'Etât. Encore un petit problème: quand doit-il être fait ainsi que le traitement anti tique et vers? Mystère. Et où sont les bureaux, 2ème mystère pour la clinique vétérinaire où nous nous sommes adressé! C'est bien encore l'Afrique ici.
Tout a pu être fait à temps, pour que l'on ne nous demande absolument rien à l'arrivée à l'aéroport à Munich.

Petit séjour en Lorraine, et nous repartirons avec notre voiture vers le sud de l'Espagne ou le Nord du Maroc dans l'attente du notre cher Baobab!

Publié dans Articles des grands

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

yvette menager 07/05/2009 13:09

Ca y est, j'ai lu votre dernier message qui rappelle les ennuis que Sylvie m'a expliqué hier soir. Bisous à tous

Nicolas 03/05/2009 18:01

Ben merde alors, nous croyons vous revoir au cap...

Amitiés du mozambique...
Angaléo